Le Reiki, un peu d'histoire

Le reiki, une technique énergétique utilisée mondialement

Selon Wikipedia, La méthode de soin appelée reiki fut mise au point au Japon par son fondateur, l’homme d’affaires japonais Mikao Usui (18651926) à partir de 1922, peut-être même avant 1918 . Selon Idriss Lahore, c’est au cours d’une « expérience de mort imminente » qu’il aurait pris conscience de ses dons de guérisseur.

L’expansion du reiki en Occident est due d’un côté, à la branche nippo-américaine de Mme Hawayo Takata et de sa petite-fille Phyllis Lei Furumoto qui transmirent les principes élémentaires du reiki et des techniques très simplifiées et formèrent des maîtres occidentaux à partir des années 1970  et de l’autre côté, à la branche japonaise directement liée à l’un des élèves de Mikao Usui, Chujiro Hayashi, introduite directement depuis le Japon en Europe au début des années 2000.

Dans sa jeunesse, il étudie le Kiko au temple bouddhiste de Tendaï sur le mont Kurama, au nord de Kyoto. Le Kiko (le terme Kiko est apparu au Japon dans les années 1970) est une version japonaise du Qi Gong.

Vers 1894, ses recherches l’amènent à rencontrer Watanabe Kioshi Itami, qui lui apporta des éclaircissements et qui lui valut de se convertir du Tendaï au Shingon. Il aurait suivi des études en médecine et en psychologie mais ses capacités de guérisseur lui auraient été révélées au cours d’une “expérience transcendantale de mort imminente”1. Il changera souvent de profession : homme d’affaires, journaliste, employé de bureau et grâce à sa formation aux arts martiaux, il deviendra garde du corps de Shinpei Goto qui fut maire de Tokyo. En 1914 ses affaires périclitent, il décide de devenir moine bouddhiste. En 1922, à la suite d’une retraite de 21 jours sur le Mont Kurama-yama (pratique que l’on nomme Shyu-Gyo), il reçoit l’enseignement des bases du Reiki dans une illumination (le satori).

Il s’installe à Tokyo pour soigner et créer un centre de guérison Reiki, puis un autre à Harajuki, il développe son enseignement en 6 degrés. En 1923, alors qu’un puissant tremblement de terre suivi d’une grippe ravagent Tokyo, Mikao Usui et son équipe travaillent à soigner les rescapés, ce qui lui vaut de se faire remettre par l’Empereur le “Kun San“, la plus haute récompense japonaise.

L’ouverture d’un grand centre à Tokyo, et les voyages de Mikao Usui contribue à populariser le Reiki au Japon. Il souhaite que le Reiki soit accessible à tous et pas contrôlé par un groupe.

Il décède le 9 mars 1926, à 60 ans, des suites d’une attaque cérébrale, il est enterré au temple de Saihoji dans le quartier de Suginamo-Ku, à Tokyo, après avoir formé 17 maîtres enseignants, dont Chujiro Hayashi et Toshiro Eguchi qui vont grandement aider à la diffusion du Reiki de par le monde. Usui est inhumé dans le cimetière du temple Saihoji, proche de Tokyo, et en février 1927, ses élèves lui érigeront une stèle lui rendant hommage et immortalisant son passage en ce monde.

 

Initiation des différents degrés au reiki

Pour devenir praticien, il est nécessaire de recevoir une initiation ou harmonisation par un « maître enseignant de reiki usui ».

Pour passer d’un niveau à un autre, le « maître reiki » exécute un « rituel initiatique » ou « harmonisation » au cours duquel certains symboles seront appris à l’élève en fonction de son niveau, et un processus d’« équilibrage énergétique » sera « éveillé » et « stimulé ». Nita Mocanu explique que le maître doit « ramoner le canal » de l’élève, afin qu’il puisse diffuser cette « énergie cosmique ».

    Gokai : les cinq préceptes ou principes (kyogi) du reiki usui

    Ils ont été énoncés par Mikao Usui.

    Juste aujourd’hui (aujourd’hui même)今日だけは (Kyō dake wa?) :

    1. Ne te mets pas en colère (怒るなOkoru, ou Ikaru, na?)
    2. Ne te fais pas de souci (心配すなShinpai suna?)
    3. Sois rempli de gratitude (感謝してKansha shite?)
    4. Accomplis ton devoir avec diligence (行を励め(Gyōwo hage me – Gō hage me?)
    5. Sois bienveillant avec les autres, et avec toi-même (人に親切にHito ni shinsetsu ni?)

    Selon Pascal Treffainguy dans “Reiki, médecine mystique de Mikao Usui”, les symboles du reiki seraient liés à quatre lignes de sons (13) et quatre figures (idéogrammes chinois-japonais et signes visiblement tirés du siddham et du culte Shintô), utilisés pour transmettre l’initiation (“reiju”) de reiki, opérer les soins à distance et traiter des troubles psychophysiologiques par leur visualisation :

    • Chokurei est une sorte de spirale, utilisée dans le rite impérial ;
    • Seiheki est une sorte de déformation de la lettre du sanscrit tibétain “Ah” ;
    • Honshazeshonen et Daikomyô sont des idéogrammes courants désignant littéralement le retour à l’origine pour le premier et l’étoile polaire, entre Soleil et Lune, et également l’Empereur pour le second.

    L’origine des symboles fait l’objet de controverses entre les écoles de reiki. Depuis 1997, Pascal Treffainguy a livré les tableaux suivants, qu’il a offert à Wikipedia et l’ouvrage à la communauté. Ils sont extraits de la série “Reiki, médecine mystique de Mikao Usui.

    Source dans le bouddhisme

    Selon Pascal Treffainguy dans les tomes 5 et 8 de “Reiki, médecine mystique de Mikao Usui”, les symboles, comme les Principes, seraient en écho avec la métaphysique bouddhiste des cinq Bouddhas transcendants :

    Bouddha Signification du nom Nom japonais Syllabe Mantra
    Vairochana radieux Dainichi Nyorai BAM OM à rapprocher de Chokurei
    Amoghasiddhi conquérant Fukujoju Nyorai HAH AH à rapprocher de Seiheki
    Akshobhya inébranlable Ashuku Nyorai HUM HUM à rapprocher de Honshazeshonen
    Amitabha lumière-vie Amida Nyorai HRIH HRI à rapprocher de Daikomyo
    Ratnasambhava né du joyau Hosho Nyorai TRAH TRAM à rapprocher de Raku (dans le johrei reiki)

    .

    Informations tirées de Wikipédia

    Top